Petite Brasserie Picarde

Chargement en cours, merci de patienter...

Menu

Vous êtes ici : » Accueil » La brasserie » La création de la brasserie

En-tête avec le logo de la Petite Brasserie Picarde

La création de la brasserie

L'inauguration de la brasserie

Le 22 octobre 2011 fût un grand jour pour la Petite Brasserie Picarde. La date avait été fixée deux mois à l’avance, une fois l’installation de la brasserie terminée, pour avoir de la bonne bière disponible ce jour-là. C’était un sacré pari : d’une part, il fallait que je m’approprie ce nouveau matériel de brassage à plus grande échelle que ce que je pratiquais jusqu’alors, et d’autre part il restait énormément de travaux à faire pour pouvoir accueillir le public. Mais la mauvaise saison arriverait vite, il ne fallait donc pas tarder. Pour la première bière, j’ai choisi ma recette préférée, une ambrée de fermentation haute que j’améliore d’année en année et qui avait été très bien notée au FIBA 2010 (Festival International de la Brasserie Artisanale). J’ai été rassuré sur mon adaptation au matériel quand j’ai pu y goûter en fin de fermentation primaire : l’amertume des houblons était encore très dominante mais je savais qu’elle s’estomperait, et la richesse du corps était bien là avec de bons arômes.

Pour la seconde, j’ai brassé une blonde, de fermentation haute également, dont j’avais créé la recette en 2008 et qui m’avait totalement satisfait. Elle aussi se présentait très bien après la fermentation en cuve.

En ce qui concerne les travaux, le chantier fût alors enclenché sur grande vitesse grâce à l’aide de la famille et de très bons amis qui sont venus m’aider, comme au printemps dernier pour la salle de brassage. Nous avons pu construire la charpente de la future salle de conditionnement (qui a servi de bar-caisse-boutique le jour de l’ouverture) et la couvrir de petites tuiles plates. Toutes les portes et fenêtres donnant sur la cour, y-compris la grand’porte, ont été décapées et repeintes en «bleu picard». Des bordures de briques ont été posées autour des parterres, et un pavage de briques réalisé sous tout l’appentis et une partie de la cour. J’ai choisi des briques déclassées cuites dans une vieille briqueterie de l’Oise à Sommereux : elles sont très irrégulières et donc longues à poser, mais le résultat vaut la peine qu’on se donne. Elles s’accordent tout à fait avec les bâtiments existants tout autour. Des cailloux jaunes ont rempli l’espace central de la cour. Mon vieux camion Citroën C4 de 1931 à été remonté puis chargé avec d’anciennes caisses de brasserie pour servir de déco au fond de ladite cour. Enfin, une installation électrique provisoire a été posée pour avoir de la lumière le soir et mettre en valeur tout notre travail.

Une réunion des amis bénévoles pour aider à la préparation de l’ouverture fût tenue chez nous le 30 septembre. Nous étions 16 présents, et d’autres encore s’adjoindraient à nous ensuite. Un programme de la journée était déjà préétabli, avec l’intervention de nombreux amis musiciens, et il fallait maintenant organiser le montage de barnums en cas de mauvais temps, la cuisson de la carbonnade, l’épluchage des pommes de terre, la réservation des repas, la liste des personnalités à inviter, la fabrication des tickets pour les repas et chaque consommation, l’achat de la viande, de la charcuterie, du fromage, du pain, des boissons autres que la bière (artisans locaux), du café, des couverts, la préparation et cuisson des crêpes, l’animation au micro, la déco des lieux, l’habillement distinctif des bénévoles, la fabrication d’un badge, l’invitation aux voisins de la rue, et savoir précisément ce que chacun ferait le jour J !

Le rendez-vous officiel fût fixé à 11 heures pour le public et les invités. Les bénévoles étaient déjà à l’œuvre depuis la veille au matin. Les gens étaient déjà nombreux à l’heure dite puisque nous avions eu les 120 réservations escomptées pour le repas. Nous avons dû patienter un peu dans la rue en musique avec la joyeuse fanfare Band’Akronyk, en attendant la cérémonie officielle de la coupure du ruban à l’entrée par le maire-adjoint de Grandfresnoy. Ce fût ensuite pour le public l’heure de la découverte : celle des lieux, qui étaient jusqu’à présent privés et inconnus, puis celle de la brasserie elle-même avec une présentation orale du brasseur. Tous les bénévoles ont été chaleureusement remerciés à cette occasion car ils ont été les artisans de cette ouverture. Nous avons eu beaucoup d’éloges pour l’aménagement de notre ancien corps de ferme et chacun s’accordait à dire que c’était l’endroit idéal pour se boire une petite bière picarde. J’ajouterai que je suis fervent défenseur du respect de l’architecture régionale, auteur de nombreux articles à ce sujet dans une revue locale (la Revue du Pays d’Estrées) que vous pourrez retrouver sur ce site, administrateur de l’association Maisons Paysannes de l’Oise depuis une bonne dizaine d’années et que je me dois évidemment de mettre en pratique les conseils que je donne !

Vint ensuite l’heure du repas chaud, tant attendu par la froidure qui nous assaillait ce samedi. Ce fût une régalade, de l’avis général, et je transmets les vifs compliments que j’ai entendus à nos cuisinières émérites.

Ce qui m’a réjoui le plus, vous vous en doutez, c’est que la bière fût elle aussi fort appréciée, d’aucuns ne jurant que par la blonde, d’autres par l’ambrée ! Presque 120 litres ont ainsi été dégustés dans cette journée malgré le froid. Beaucoup de bouteilles furent vendues, avec des promesses de retour rapide. Mon stock de Tentatrice, la blonde, visiblement insuffisant, y est totalement passé, me mettant dans l’embarras pour quelques semaines vis à vis des clients amateurs. Celui d’Absolution, l’ambrée, deux fois plus important que la blonde, suit le même chemin deux semaines après l’ouverture. Un très bon signe pour l’avenir. Mais c’est un dilemme : je dois me consacrer davantage à la production alors que mes travaux (y-compris pour me faciliter la production) ne sont pas terminés…

Tout l’après-midi fût rythmé par la musique des amis venus témoigner leur sympathie. A la dynamique Band’Akronyk succédèrent les pipassos de l’école de musique de Beauvais, ces cornemuses picardes en pleine renaissance qui nous entraînèrent dans des airs régionaux, puis ce fût l’arrivée en fanfare depuis la place de l’église d’Aux Cuivres Citoyens, la folle et entraînante bande de Feigneux. Enfin, le duo Laloux-Leroy, à la flûte traversière et contrebasse, nous réjouit les oreilles d’airs folk traditionnels au cours de la soirée.

C’est avec une copieuse assiette de charcuterie fine (terrine de lapin à l’ancienne, pâté de campagne, saucisses fumées, saucisson sec) et de fromages picards (Maroilles, Manicamp) accompagnés de cornichons aigres-doux et de pain Bayard de Grandfresnoy que nous avons terminé la journée, dans la douce lumière des éclairages imaginés par notre ami Claude.

De l’avis de tous, ce fût une journée fort réussie, sous le signe de l’amitié, de l’entr’aide, de la gastronomie et de la bonne bière.

Prochainement, des photos de l'inauguration seront ajoutées sur cette page.

L'installation et les travaux

Vous pouvez consulter des photos de l'installation de la brasserie et des travaux sur cette page.

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.
Accueil | © Petite Brasserie Picarde 2017 | Tous droits réservés | Contact | Admin